Bases du régime alimentaire chez un goutteux

  • Aucun aliment d’origine végétale n’est contre- indiqué dans la goutte. Aussi, interdire aux patients de manger des tomates crues ou cuites n’a jamais été démontré. Les protéines d’origine animale sont les principales sources de purines à l’origine d’une élévation de l’uricémie.
  • L’alcalinisation des urines favorise la transformation de l’acide urique (très peu soluble sous forme ionisée) en urates très solubles. Le RanoVisy® pourrait ainsi être bénéfique pour nos patients.
  • La consommation de deux litres d’eau par jour permettrait de diminuer la fréquence des crises de goutte, la déshydratation pouvant entraîner une crise
  • L’hyperuricémie n’est pas liée à la consommation protéique globale, mais augmente avec celle de protéines d’origine animale (viandes et poissons marins). En revanche, les protéines d’origine végétale riches en purines (légumineuses) sont associées à une diminution du risque de goutte car elles ne sont pas converties en acide urique. Aussi, diminuer la consommation de protéines d’origine animale au profit de celles d’origine végétale réduit l’uricémie de 10- 15 mg/dl.
  • La consommation d’alcool (dans toute sa forme) est un facteur de risque de survenue de crise de goutte. En effet, le métabolisme de l’alcool entraîne une dégradation de l’adénosine triphosphate (ATP) en adénosine monophosphate (AMP) qui est partiellement convertie en acide urique. De plus, les lactates induits par cette consommation augmentent la réabsorption tubulaire des urates. Enfin, il diminue l’efficacité de l’allopurinol car à doses élevées, l’alcool inhibe la métabolisation de l’allopurinol en oxypurinol, son métabolisme actif
  • Il n’y a pas de régime spécifique et standard pour un patient goutteux. Le plus important serait de limiter voire interdire la consommation d’aliments purinophores, purinogènes et phlogogènes (tableau)

Référence:

N. VALEIX, X. GUILLOT. Hyperuricémie : les conseils à l’officine. Actualités Pharmaceutiques, Volume 52, Issue 524, March 2013, Pages 26-29

Télécharger pdf: