Goutte : les idées reçues sont souvent fausses

-          Le diagnostic de « Rhumatisme » (sans autres mots associés) n’existe pas. Ce terme désigne de façon non spécifique les pathologies articulaires inflammatoires, amicrobiennes, d’étiopathogénie inconnue. La goutte, comme tant d’autres maladies, fait partie des rhumatismes.

-          La goutte n’est pas la plus fréquente des causes de douleurs articulaires

o   Prévalence mondiale : 0.3%, mais avec une très grande variabilité suivant les régions du monde

o   Moins de 5% des consultations en Rhumatologie à Antananarivo (service de Rhumatologie, CHU JRB)

-          La découverte isolée d’une hyperuricémie  n’est pas un argument pour poser le diagnostic de goutte qui se base surtout sur la clinique et la découverte de cristaux d’urate de sodium (CUS)  dans le liquide articulaire

-          Il faire la différence entre crise de goutte et goutte chronique, les deux devant toujours être associées à une hyperuricémie chronique :

o   Dépôts de CUS dans les articulations et structures péri-articulaires: crise de goutte

o   Dépôts de CUS dans les tissus sous-cutanés (tophus), os et articulations (arthropathie goutteuse), reins (lithiase rénale, néphropathie goutteuse) : goutte chronique

-          Le traitement hypo-uricémiant est à débuter à distance de la crise de goutte :

o   Colchicine= traitement de la crise de goutte

o   Allopurinol= traitement hypo-uricémiant