Je veux facilement comprendre... le RAA

Qu’est ce qu’un RAA ou Rhumatisme Articulaire Aigu ?

Le RAA est un rhumatisme inflammatoire secondaire à une infection à streptocoques bêta-hémolytiques du groupe A. Il se caractérise par une inflammation de plusieurs articulations et parfois par une inflammation cardiaque.

Est-ce que c’est une maladie fréquente ?

Dans les pays développés, le RAA est exceptionnel, malheureusement chez nous à Madagascar, c’est une maladie fréquente à cause des caries dentaires et des angines non traitées ou mal traitées. C’est une maladie qui atteint surtout les enfants d’âge scolaire entre 6 et 14 ans, plus fréquente chez les filles que chez les garçons,  elle est rare avant l’âge de 3 ans et après 30 ans. La gravité de cette maladie dépend de l’atteinte cardiaque.

Comment se présente la maladie ?

Dans la majorité des cas, la crise articulaire de RAA est précédée des maux de gorge, environ 15 jours avant. C’est une douleur des grosses articulations : chevilles, genoux, poignets, coudes. L’articulation atteinte est rouge, chaude, gonflée et douloureuse. Elle est migratrice c'est-à-dire plusieurs articulations sont touchées en même temps, l’une se libère tandis qu’une autre est touchée et chaque atteinte dure 3 à 8 jours. La guérison est sans séquelle. La fièvre est constante, élevée jusqu’à 39°, irrégulière avec un pic à chaque poussée articulaire. L’atteinte cardiaque survient classiquement entre le 6ème et le 15ème  jour de la crise. Le patient se plaint de douleur thoracique, d’accélération du battement cardiaque et même de difficulté à respirer. Des signes cutanés, comme une rougeur au niveau des racines de la cuisse et sur le tronc, appelés érythèmes marginés sont un peu rare ainsi que des tuméfactions endurées aux coudes, genoux et poignets.

Comment fait-on le diagnostic ?

Il faut faire un bilan biologique dont le dosage du taux de l’ASLO, associé parfois au dosage de l’anticorps antistreptodormase.  Pourtant, une augmentation du taux de l’ASLO n’est pas synonyme de RAA. Pour poser le diagnostic de RAA, il faut remplir des critères précis. Un électrocardiogramme est systématique dès qu’on suspecte un RAA et parfois une échographie cardiaque.

Comment traite-t-on un RAA ?

Il y a d’abord le traitement d’attaque c’est-à-dire le traitement de l’angine par l’antibiotique pendant 10 jours en général, et le traitement de l’inflammation articulaire et cardiaque par un anti-inflammatoire pendant un à quatre mois selon la gravité de l’inflammation. Le repos est important, jusqu’à trois mois s’il y a une atteinte cardiaque.

Ensuite le traitement de fond, basé surtout par la prévention de l’infection par l’antibiotique. Habituellement, on utilise la pénicilline G injectable toutes les 2 à 3 semaines en intra musculaire profonde, parfois on utilise la pénicilline V en comprimé ou encore une autre famille d’antibiotiques, les macrolides, lorsqu’on ne peut pas  utiliser les pénicillines injectables. Il faut traiter toutes les caries dentaires. Le traitement de l’angine est impératif mais l’enlèvement des amygdales n’est pas systématique. S’il y a une atteinte cardiaque, un suivi cardiologique est indispensable. Le traitement dure environ 5 ans s’il n’y a pas d’atteinte cardiaque et plus longtemps s’il y a une atteinte cardiaque.

Le suivi est-il nécessaire ?

Oui car il y a des objectifs à atteindre dans le traitement du RAA. Il faut avoir une certitude de l’efficacité et de la tolérance du médicament. Il faut surveiller les signes infectieux et les signes inflammatoires. Au début, une surveillance mensuelle est indiquée puis lorsque la maladie est bien contrôlée, on voit les malades tous les deux  puis tous les trois mois.

Comment évolue la maladie ?

En l’absence de traitement, les récidives sont fréquentes, les risques d’atteinte cardiaque augmentent. Avec un traitement adéquat et un suivi régulier, les risques de récidive sont minimes.


Dr RAKOTOVAO Haja