L'ASLO n'est pas ce "super marqueur" qu'on croyait

  • Le streptococque bêta-hémolytique A ou SBHA produit principalement deux enzymes : la Streptolysine O (SLO) et le Streptodornase B. Cependant, d’autres germes peut également produire la SLO, à l’origine d’une élévation du taux d’ASLO (streptocoques du groupe C et G, Bacillus, Clostridium, Listeria et Arcanobacterium). Toutes infections induites par ces germes sont ainsi potentiellement responsables d’une élévation du taux de l’ASLO, indépendamment de la sévérité ou du site de l’infection.

 

  • Le taux d’ASLO varie dans le temps : il apparait vers le dixième jour, atteint une valeur maximale vers la 3ème et la 4ème semaine et diminue en 6 à 8 semaines. Un taux stable dit « taux résiduel » peut perdurer durant des mois, voire des années, rendant difficile l’établissement d’une valeur de référence qui varie suivant l’épidémiologie de l’infection à streptocoque.

 

  • Les chiffres suivant sont à retenir pour situer la place de l’ASLO dans le diagnostic du RAA:

o Le taux d’ASLO est élevé chez 80-85 % des patients présentant un RAA, mais
o L’élévation du taux d’ASLO n’est pas spécifique d’une infection streptococcique, encore moins du RAA car
o 10% des sujets normaux peuvent avoir un ASLO élevé et
o 20% des sujets ayant le RAA peuvent avoir un taux d’ASLO normal